Communiquer signifie transmettre des informations. Lorsque vous demandez le menu au serveur au restaurant, lorsque vous donnez des conseils à un ami, lorsque vous dites « je t’aime » : dans tous ces cas, vous communiquez. Et vous le faites même quand, en voiture, avant de tourner, vous utilisez votre clignotant. Une grande partie de notre comportement vise à faire savoir aux autres quelque chose. Informations.

L’art oratoire consiste également à transmettre des informations. Un conférencier prend la parole lors d’une conférence pour divulguer les résultats de ses études, un professionnel présente un rapport à ses collègues pour les informer de ses progrès.

Mais parler devant des gens, comme le savent ceux qui le font, c’est bien plus que fournir des informations. Cela signifie être le centre d’attention et mettre en jeu votre capacité de persuasion et d’engagement.

Pour bien démarrer

Lorsque vous parlez devant un auditoire, il est naturel que votre attention soit distraite, malgré vous, par des doutes : « Comment est-ce que je m’en sors ? »; « Est-ce que je les intéresse ? »; « Est-ce que je fais une erreur sans m’en rendre compte ? »; « Pouvez-vous dire que je suis anxieux ? »; « Est-ce que ma voix tremble ? ». Est-ce que je bégaie ? » Pour parler en public, il faut savoir gérer l’anxiété d’être jugé et d’échouer. Ceux qui y parviennent ont la capacité de rester concentrés sur le discours et d’exercer un détachement sain vis-à-vis de ces peurs qui, si elles étaient écoutées, ne feraient aucun bien.

Mais parler en public est aussi et surtout une question d’expérience. La pratique peut vraiment vous aider à vous améliorer et à surmonter vos peurs. Nous verrons ci-dessous comment préparer un discours et nous entraîner à le communiquer efficacement, en tenant compte non seulement du choix du contenu, mais aussi des moyens de gérer le ton de votre voix, votre posture et votre présence face à votre public. Les indications que vous lirez vous seront notamment utiles :

Les points à inclure et exclure

Si votre discours ne suit pas un fil logique clair et ne tourne pas autour d’une thèse, il sera difficile à suivre et chaotique. En outre, que votre discours dure dix minutes ou une heure, il y a de fortes chances que vous n’ayez pas le temps de dire tout ce que vous aimeriez dire, vous devrez donc donner la priorité à certains contenus et en laisser d’autres de côté. Pour ces raisons, il est important que vous fassiez une sélection minutieuse.

Conseils pratiques. Il y a deux questions initiales que tout bon orateur devrait se poser. Qu’est-ce que je veux exprimer ? Quelle est la thèse que je défends ? En clarifiant ces points, vous serez plus conscient de ce qui est pertinent pour vous. Prenez une feuille de papier et dressez une liste des concepts essentiels. La liste peut aussi être désordonnée. À ce stade, ne vous préoccupez pas du nombre ou de la séquence des arguments, mais veillez simplement à ce qu’ils soient importants pour la thèse sous-jacente et cohérents.

Passez un peu de temps à préparer vos diapositives

Parler en public sans aide visuelle ou sans schéma à suivre n’est pas impossible, mais c’est plus difficile. Les diapositives sont utiles pour plusieurs raisons : elles aident votre public à vous suivre et elles donnent une structure et un rythme à votre discours, ce qui vous aide à respecter le temps imparti. S’ils sont bien faits, ils constituent une sorte de boussole qui fait qu’il est beaucoup plus difficile de se perdre. Donc, si vous êtes autorisé à les utiliser, faites-le.

Des conseils pratiques. Vous êtes peut-être tellement pressé de rédiger la présentation que vous considérez le soin des diapositives comme une perte de temps. Si c’est le cas, réfléchissez : lors d’un voyage, n’est-il pas plus facile d’arriver à destination si l’on prend d’abord le temps de dessiner une carte fiable ?

Respecter les critères de clarté et de simplicité

Combien de diapositives devez-vous créer ? Cela dépend, bien sûr, du temps qui vous sera accordé. N’oubliez pas, cependant, qu’un nombre excessif serait une erreur car il vous obligerait à parler trop vite. En étant pressé, les erreurs sont plus probables, l’angoisse du temps qui passe plus forte et, surtout, il est plus facile pour le public de ne pas vous suivre et de se laisser distraire.

Pour une présentation de 15 minutes, vous ne devriez pas apporter plus d’une douzaine de diapositives, et pour une présentation de 30 minutes, pas plus de 20. Évitez de verser l’ensemble du discours dans les diapositives, définissez simplement les sujets par points. Dans la vidéo en bas de page, vous pouvez voir des exemples de diapositives plus ou moins efficaces.

Conseils pratiques. Reprenez la liste des sujets que vous avez établie au début et mettez-les en ordre en les déplaçant ou en les éliminant, en tenant compte du temps dont vous disposerez pour parler. Les valeurs de clarté et de simplicité doivent toujours guider vos choix. Ne surchargez pas vos diapositives avec trop d’informations, sauf si vous devez donner une présentation purement technique, par exemple à des étudiants d’université, des masters ou des cours spécialisés. Ne vous inquiétez pas si vous avez des doutes sur le fait que vous n’avez pas inclus le bon nombre de sujets, vous pourrez toujours apporter des modifications plus tard.

Essayez d’être créatif

C’est maintenant l’heure de la partie pratique, où vous pourrez développer vos compétences d’orateur. Parler sur des diapositives est le meilleur moyen de pratiquer l’art de la parole de qualité. Cela vous permet également d’évaluer si les concepts inclus sont complets : si vous n’êtes pas satisfait, vous pouvez toujours ajouter, supprimer ou déplacer des éléments. N’oubliez pas, cependant, que l’impression que vous laisserez à vos auditeurs aura moins à voir avec la quantité d’informations qu’ils entendront qu’avec la clarté et l’intérêt avec lesquels vous les transmettrez.

Conseils pratiques

Essayez de parler à voix haute par-dessus les diapositives. Pour l’instant, ne vous préoccupez pas du temps que vous prenez, essayez simplement d’avoir de l’empathie pour ce que vous dites, de soigner le contenu. Tu es seul dans ta chambre, personne n’écoute, tu peux dire ce que tu veux. À chaque répétition, n’hésitez pas à expérimenter, laissez de la place aux nouvelles idées qui pourraient vous venir en parlant.

Si le discours est différent à chaque fois et que, par conséquent, vous avez l’impression de ne pas avancer, sachez que c’est le contraire qui est vrai. Vous apprenez à improviser en vous en tenant aux points des diapositives. C’est ce que font les personnes qui savent parler en public : elles improvisent sur un thème prédéfini. De plus, vous vous rendrez peu à peu compte que le discours prend forme, mais sans être « emballé ».

Ne tombez pas dans le piège de la mémorisation de votre discours

La stratégie courante des orateurs inexpérimentés ou anxieux consiste à tout apprendre par cœur afin de se sentir plus sûrs d’eux. Cette stratégie peut, en fait, avoir l’avantage de vous aider à éviter les erreurs, en supposant que vous puissiez fixer chaque mot dans votre esprit, mais elle présente tellement d’inconvénients qu’elle est déconseillée.

Tout d’abord, si vous avez un trou de mémoire, vous ne serez pas en mesure de continuer. Deuxièmement, les discours mémorisés semblent plats et préparés à l’avance. Même lorsqu’ils sont parfaits, ils sont inefficaces. Et elles ressortent immédiatement, comme si les milliers de répétitions nécessaires à leur apprentissage leur avaient ôté leur force et leur brillance. En outre, la personne qui apprend des discours par cœur n’obtient qu’un apaisement illusoire de son angoisse de faire des erreurs et de son sentiment d’inefficacité, car elle finit par être de plus en plus convaincue qu’elle ne peut rien faire d’autre que de devenir un « enregistrement ». Il ne fait peut-être pas d’erreurs, mais il ne peut s’empêcher de penser : « Pourquoi les autres n’ont-ils pas besoin d’apprendre tout par cœur et moi si ?«